Cadenas, puces RFID, compartiments secrets : interview avec un maniac du géocaching

Gelderland (aux Pays-Bas) est une région émergente en matière de création de cache. Des caches créatives, des casses-têtes, des boites de grandes tailles, pour ne citer que cela ! Un des poseurs le plus en vue de la région est IronManiacGLD. Ces caches vont du nichoir à oiseau protégé par cadenas et puce RFID aux mallettes secrètes tout droit sorties d’un film de James Bond.

Beaucoup de ces caches ont un pourcentage de Points Favoris important — Pas mal pour un géocacheur qui a commencé en 2017. Ces caches démontrent toutes une grande attention portée sur les détails et une approche réfléchie. IronManiacGLD est un expert en comportement humain, avec une spécialité dans la détection des mensonges. Il dit que l’une des choses qui l’inspire les plus est de trouver des énigmes complexes sur le terrain et de penser à la manière dont les poseurs ont imaginé le processus complet.

Bien que nous ne soyons pas tous des experts en comportement humain, il est important de retenir une chose : tout le monde est capable de créer des caches impressionnantes, il suffit d’utiliser sa créativité et de ne pas avoir peur de demander de l’aide !

Geocaching HQ: Que faites vous dans la vie en dehors du géocaching ?

Je suis formateur en ventes et expert en comportement humain spécialisé dans la détection de mensonge. Je supervise et forme les gens à mieux se comprendre eux-mêmes et ainsi à mieux comprendre les autres. Je suis très attiré par le cerveau humain — spécialement sur la manière dont une personne prend des décisions et fait des choix. J’essaie donc d’utiliser cette connaissance pour construire et poser des caches diaboliques.

Geocaching HQ: Comment et quand avez vous entendu parlé du Géocaching ?

J’ai commencé il y a un peu plus d’un an. J’ai vu à la télévision une famille qui cherchait des trésors dans la forêt. Et ils ont vraiment trouvé quelque-chose ! Une vraie boite avec des babioles à l’intérieur ! Tout de suite, j’ai été surpris que quelque-chose soit caché ainsi dans la forêt. Ca m’a fasciné tout de suite. Avec l’application gratuite, n’importe qui peut immédiatement commencer à chercher des caches, et c’est comme ça que j’ai commencé en recherchant autours de chez moi. J’ai étais surpris de trouvez les dizaines de caches dissimulées dans mon environnement immédiat. A des endroits où je passe plusieurs fois par jour.

Geocaching HQ: Quelle est la cache qui vous a donné le virus ?

Ce n’est pas une cache spécifique en fait. C’est plutôt la polyvalence du géocaching. Les nombreuses facettes du géocaching m’ont intriguées presque immédiatement. J’ai pu découvrir des endroits dans lesquels je ne serais jamais venu autrement. Même dans mon environnement immédiat, j’ai découvert des endroits magnifiques, ainsi que des caches faciles à trouver aussi bien que de très bien cachées (voire sournoises).

Mais il y en a bien une qui m’a incité à fabriquer et à poser des caches moi-même. C’était la première que je trouvais avec un travail à faire sur le terrain : un vélo avec un coffre. J’ai du retirer la selle pour récupérer une clé, et avec cette clé ouvrir le coffre. Mais je n’étais pas au bout de mes peines, la cache était verrouillée et il y avait des centaines de clés dans le coffre. C’est le défi qui m’a donné le plus de fun. Les différentes étapes à franchir m’ont rendu euphorique à plusieurs moment, et m’ont laissé un merveilleux souvenir. Mon cerveau créatif a commencé à tourner à toute allure. Plusieurs semaines plus tard, je posais ma première cache diabolique : ‘Get Twisted‘.

Geocaching HQ: Qu’est ce qui se cache derrière votre pseudo ?

C’est un choix que j’ai fait rapidement. Depuis des années, on me surnomme ‘Ironman’ à cause de mon nom de famille : IJzermans. En néerlandais, ‘IJzer’ se traduit Iron en anglais, et à cause de mon cerveau créatif, j’ai décidé de changer ‘Man’ en ‘Maniac’. GLD à la fin vient de la région où je vis et où mes caches peuvent être trouvées.

Geocaching HQ: Quelle est la cache que vous avez préférée ?

J’ai une préférence absolue pour les caches créatives, et celles où il reste un défi une fois sur place pour atteindre le logbook. Comprendre les pensées du poseur, et comment il veut qu’on ouvre la cache m’intrigue toujours. J’ai récemment trouvé une cache particulièrement intéressante. Une belle combinaison de menuiserie et d’étapes à suivre magnifiquement élaborées pour obtenir enfin le logbook. J’ai été réellement impressionné par la créativité de ce poseur. C’est toujours très inspirant et stimulant quand je découvre une nouvelle cache diabolique.

Geocaching HQ: Qu’est ce qui vous maintient impliqué dans le jeu ?

J’ai un grand sens des responsabilités dans tout ce que j’entreprends, ce qui inclut la fabrication et la pose de caches. Je veux offrir à tous une bonne expérience de jeu, ce qui implique une maintenance approfondie. Je remplace généralement une cache perdue ou un logbook plein dans la journée. Des fois même en quelques heures. Du coup, je suis aussi assez critique envers les caches ou les emplacements des autres. Je vais toujours chercher si je peux améliorer une cache, que ce soit son camouflage ou la localisation, pour une expérience ultime. En plus, j’essaie toujours d’écouter les retours des autres géocacheurs, car je veux qu’ils soient satisfaits quand ils font une de mes caches.

Geocaching HQ: Pour vous, qu’est-ce qui fait la qualité d’une cache ?

Pour moi, une bonne cache doit remplir ces conditions :

  1. Demander systématiquement la permission au propriétaire des lieux. J’essaie toujours d’impliquer le propriétaire dans la démarche. Cela se traduit souvent par une plus belle cache ou un meilleur emplacement. En plus, j’informe aussi les voisins.
  2. Une cache doit être bien construite et bien placée, et doit supporter les conditions météorologiques (des Pays-Bas). La pluie et l’humidité sont certainement les pires ennemis des caches (juste après les moldus).
  3. Chaque cache mérite un bon descriptif et une belle présentation, avec des informations sur l’endroit, et un indice clair. Je pense que c’est important d’éviter d’avoir à chercher trop longtemps (pour éviter les moldus) et pour limiter les risques de détériorer l’environnement de la cache.
  4. L’emplacement de la cache requiert également une attention particulière. Est-ce sans risque pour les géocacheurs ? Et le chemin pour y arriver, est-il suffisamment sûr également ?

Geocaching HQ: Quelle est votre bonne pratique pour créer une cache ?

Exprimez votre enthousiasme ! Les premières questions qu’on devrait se poser à soi-même sont : “Pourquoi est-ce que je veux poser une cache ? Quelle est la raison ? Est-ce pour la beauté de l’endroit, la fantastique marche à travers la forêt ou pour le côté créatif de la cache elle-même ?”

En fonction de vos réponses, vous devez chercher votre emplacement de pose. Vous devez aussi prendre en considération les saisons. Un bon emplacement en été, par exemple, peut devenir un cauchemar en hiver, et vice versa.

Geocaching HQ: Si quelqu’un lisant ceci est en quête d’inspiration, quels conseils lui donneriez-vous ?

Il est évidemment important de bien connaitre et comprendre les règles, les guidelines. L’aide d’un poseur expérimenté est fortement recommandée, et discuter de vos idées avec un reviewer vous aidera à vérifier que vous respectez bien les règles et guidelines. La chose la plus importante est peut-être de faire vérifier vos coordonnées par d’autres géocacheurs. Il n’y a rien de plus agaçant, par exemple, que de chercher au mauvais endroit (à cause de coordonnées erronées) ou de n’avoir aucune idée de la manière d’ouvrir une cache.

Geocaching HQ: Vous avez un grand nombre de caches travaillées et complexes. N’est-il pas difficile d’en assurer la maintenance ?

Toutes mes caches sont dans mon environnement immédiat ou sur ma route. Donc si nécessaire, je peux me rendre sur place en quelques minutes. Remplacer les logbooks pleins est actuellement ce qui me prend le plus de temps. Mais ce n’est pas un problème. Comme je vérifie régulièrement mes caches, je peux réagir immédiatement quand une maintenance est nécessaire. Un autre avantage est que du coup, je rencontre souvent d’autres géocacheurs en chemin, et ça donne l’occasion de discuter ensemble. Mes caches les plus complexes ont quelquefois un soucis : il n’est pas toujours évident de savoir quoi faire pour les ouvrir, alors les géocacheurs essaient tout pour atteindre leur but. Se mettre dans la tête d’un géocacheur, et faire tester ses caches avant la pose m’a permis de réduire le nombre de maintenances sur le terrain. Une description claire et un indice précis contribuent également a réduire la maintenance, et à améliorer le plaisir des géocacheurs.

Geocaching HQ: Avez-vous déjà eu une idée que vous pensiez irréalisable ?

“Je n’ai jamais essayé ça auparavant, alors je pense que je devrais pouvoir le faire !” est une déclaration bien connue de Pippi Longstocking et j’y crois également. En principe, tout est possible. En fait, je ne suis pas très doué pour le travail du bois, ou la réalisation en général. Alors, j’y vais pas à pas, et je mets en forme les idées que j’ai dans la tête, jusqu’à rendre la cache complexe à souhait. J’ai juste besoin d’un peu plus de temps qu’un vrai menuisier. Par exemple, ça peut m’arriver de percer un trou, et m’apercevoir quelques secondes plus tard que ce trou n’est pas logique, ou pas pratique du tout. Mais bon, au final, je réussis toujours à créer la cache que j’avais à l’esprit.

Quelles idées avez-vous pour réaliser une cache créative ? Attendez-vous le bon moment ? Et si c’était maintenant ! Partagez vos idées dans les commentaires ci-dessous.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *